Revenir en haut
Aller en bas

Partagez | 
 

 Vivre à SIA et en Nouvelle-Corée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Yuyong
avatar
Date d'inscription : 27/04/2016

Messages : 221

Métier : Yuyong, hacker.

DC : Baek Hyun-Ae.


MessageSujet: Vivre à SIA et en Nouvelle-Corée.   Mer 27 Avr - 14:35

Vivre à SIA
Généralités :

SIA, acronyme de Seoul-Incheon Arcology est la capitale de la Nouvelle-Corée. Le pays a été unifié en 2126 après une longue période de soumission à l'Empire Japonais et connaissant une poussée nationaliste et autarcique depuis 2060. Il s'agit d'un pays paradoxal où les traditions se mêlent à la technophilie des habitants. La langue officielle est le coréen, dont l'écriture est le hangul (ou hangeul) et la monnaie le Won (KRW ou ₩), équivalent à l'euro depuis plusieurs décennies. On enseigne l'anglais en seconde langue, parfois le russe et le français. Le japonais est depuis plusieurs années banni des écoles en raison du souvenir de l'occupation japonaise et du ressenti des Néo-Coréens à l'égard de l'Empire Japonais. Le pays compte très peu de non-coréens : les Néo-Coréens composent 61% de la population, pour 20% de russes, 7% de chinois, 2% de japonais et 10% d'autres ethnies. Le christianisme (31,6 % de la population, dont 24 % de protestants et 7,6 % de catholiques) et le bouddhisme (24,2 % des croyants) sont les deux religions dominantes de la Corée du Sud. 43,3 % des Néo-Coréens sont athées. Les habitants de SIA sont appelés les Sians.

Les habitants de la Nouvelle-Corée sont logiquement les Néo-Coréens ; cette appellation est usitée depuis la réunion de la Corée du Nord et du Sud en 2126. Le président sud-coréen est assassiné en 2115, officiellement par un dissident communiste. Les rumeurs disent qu’il aurait été entraîné par le Japon. Quoi qu’il en soit, soutenu par le Japon, la Corée du Sud attaque la Corée du Nord. Le pays est réunifié en 2126. Le Japon utilise alors son influence pour manipuler le gouvernement coréen et étendre sa puissance économique sur le pays mais perd de la puissance suite à des guerres intestines. La Néo-Corée se défait alors officiellement de l'influence japonaise en 2144 et prend la décision de centraliser ses entreprises pour commencer un régime autarcique. La Néo-Corée est une république parlementaire avec une présidence militaire. Le président-général est depuis 2194 le président Kim Kang-ho et c’est lui qui détient le véritable pouvoir dans le pays, le parlement étant principalement composé de personnes qui lui sont fidèles. Le parti communiste est interdit en Nouvelle-Corée par la Loi sur la Sécurité Nationale mais il existe des groupuscules communistes (principalement dans l’ancienne Corée du Nord) qui seraient approvisionnés par les néo-communistes. Est également interdit l'usage du japonais ainsi que tout rappel à la dominance nippone sur le pays. Toute opinion sympathisante au communisme ou à l'impérialisme japonais est passible de lourdes peines de prison, et toute récidive de la peine de mort. La Néo-Corée n'a en effet de présidence que le nom, flirtant dangereusement avec la tyrannie militaire. La nation est vue comme à la dérive, nécessitant un pouvoir fort... c'est tout du moins ce que dit la propagande et si les japonais sont acceptés dans le pays, ils ne sont pas les mieux vus, bien malheureusement, car la rancœur est encore tenace...

Politique :

SIA étant la capitale, c'est donc tout logiquement qu'on y retrouve le siège du gouvernement. Le président-général et son parlement, quoiqu’en disent les médias, sont englués dans des affaires de corruption à n'en plus finir depuis la privatisation de la police offerte à RevolTech, la plus grande entreprise de sécurité du pays. Inutile de parler de la marge de liberté dans une "république militaire" car vous l'aurez compris, les décisions sont souvent... incontestables. D'ailleurs les Jo-pok (les gangs de grande envergure) possèdent souvent quelques corporations comme façades ou comme moyen de blanchir leur argent. Quand ce n'est pas un homme politique qui fait pression pour qu'une corporation puisse signer un contrat, c'est une corporation qui finance illégalement un parti politique et c'est sans parler des pots de vin pour que les agents du Gouvernement (qui se heurtent d'ailleurs souvent à la police de RevolTech) ne viennent jamais faire de descente dans tel ou tel endroit... autant dire qu'il ne fait pas réellement bon vivre en Nouvelle-Corée, dont les rues sont surveillées par des escouades dotées de tanks et dont les hautes sphères du pouvoir sont totalement corrompues. Même la police est fortement équipée, étant dans un état d'esprit de "guerre au crime" facile à sentir.

Technologie :

SIA est ce que l'on appelle dans le pays une U-City, le "u" signifiant ubiquitous. En Néo-Corée cela correspond à l'omniprésence des technologies informatiques pour administrer, gérer et réguler la ville tout en offrant à ses habitants un maximum de services possibles. Inutile de dire qu'une bonne partie de la vie des Néo-Coréens passe d'une façon ou d'une autre par les réseaux informatiques... Aujourd'hui, SIA est certainement la mégalopole la plus "augmentée" du monde et les habitants utilisent massivement les services de réalité augmentée. La polarisation moléculaire a remplacé les circuits en silice, permettant aux processeurs d'atteindre des calculs des milliers de fois plus rapides qu'il y a cent ans. Utilisant une architecture optique et la technologie holographique multicouches, les unités centrales actuelles peuvent être portées comme des bijoux (dispositifs de poignet ou pendentif, oreillettes...). La domotique est presque exclusivement gérée par les commandes vocales, facilitant ainsi grandement la vie de tous les jours. Les interfaces personnelles servent à tout ce que vous pouvez imaginer : réveil par hologramme, changement de décor de salon en réalité augmentée, drones domestiques, ordinateur exclusivement holographique... Chaque système personnel est très versatile ; ces dernier sont appelés CommLink, connectés au net à toute heure du jour ou de la nuit. les forums sont devenus les CommuField, des espaces en réalité augmentée où vous pourrez interagir directement avec les avatars des autres comme si vous y étiez. Tout est support à l'image : Internet est devenu un grand espace holographique qui englobe tous les sens, où vous pouvez agir à la vitesse de la pensée. Plus besoin de clavier.

En Nouvelle-Corée, tout va plus vite comme vous avez pu le constater. L’émergence des nouvelles technologies a permis la construction de villes tentaculaires aux réseaux publics basés sur la poussée vectorielle, faisant flotter les véhicules à quelques centimètres du sol. Les immenses gratte-ciels font parfois plus de deux-cent étages, reposant sur une structure giratoire souterraine pour assurer leur stabilité ; tout est devenu gargantuesque, démesuré, bien qu'il existe encore des zones sinistrées que le gouvernement ne trouve pas bon de rénover : l'argent alimente principalement le centre-ville, maintenant le masque de la ville. Ici, soit les quartiers sont très propres et équipés, soit il s'agit de terrifiants bidonvilles à l'abandon. Et pourtant la ville est aussi sombre qu’elle est constamment éclaboussée par les lumières multicolores des écrans publicitaires ou des holo-bandes directement reliés à un CommuField publique pour diffuser les dernières chansons de K-Pop à la mode. L'information est partout, presque débilitante.

Leader mondial que ce soit niveau jeux ou mondes virtuels, le côté technophile du pays touche un autre domaine : la cybernétique est aussi quelque chose de banalisé ici, qu'elle soit légère ou lourde dans le cas des habitants "Cyborgs" dont seuls le cerveau est encore de chair et de sang. Les Cyborgs sont une réalité, bien qu'il ne composent qu'une petite partie de la population. La plupart des gens ayant recours au cyberware ne vont pas jusqu'à la cybernétisation totale de leur corps mais une petite partie d'entre eux saute le pas. Pourtant la plus grande révolution du siècle dernier fut la découverte de la nanotechnologie. A présent, les dommages à la moelle épinière peuvent être soignés avec succès et les cancers sont traités et éradiqués bien plus rapidement que jadis. La nanotechnologie permet également une toute nouvelle forme de chirurgie non invasive "sans lame". Le séquençage génétique et le clonage combinés ont permis de produire des implants sur le code génétique du receveur, limitant au strict minimum les rejets.

Vie quotidienne :

Comme nous l'avons dit, la technologie prend beaucoup de place dans la vie quotidienne en Nouvelle-Corée et très peu de gens ne sont pas équipés d'un CommLink, les plus démunis et les malins mis à part : tous les CommLink peuvent être tracés puisqu'ils servent autant d'ordinateur que de carte de crédit ou de clé d'entrée pour la maison. Si le quotidien s'en est vu simplifié à son maximum, le coût de la vie a largement augmenté. Avec plus de 45 milions d'habitants déclarés, SIA est une des plus grandes villes du monde qui n'a d'arcologie que le nom. Il s'agirait plutôt d'un mégaplexe regroupant deux mégalopoles très fortement urbanisées. En effet les zones vertes sont rares et les citadins ont pris l'habitudes de se retrouver dans des parcs virtuels plutôt que de chercher à sortir de la capitale. On parle parfois d'une ville sous la ville, surnommés SeeU (pour SIU, Seoul-Incheon Underground), qui serait le repaire des personnes rejetées par la société. Mais ce n'est qu'une rumeur...

La Nouvelle-Corée promulgue la culture intensive du soja. Polyvalent et facile à cultiver, le soja compose la majeure partie des aliments ingérés par les Néo-Coréens car la viande est devenue rare et extrêmement coûteuse. A SIA, on prend son Soycoffee le matin pour se réveiller et on mange un Soyburger le soir. Le tofu avec additifs nutritionnels maintient l'apport journalier en protéine et le pays est au stade d'autosuffisance contrôlée, ce qui lui permet de gérer parfaitement l'agriculture et la consommation alimentaire. Cela dit, le soja et ses dérivés se cuisinent de milliers de façons, dans des milliards de plats... Pour le reste et si les épices sont devenues rares, les substituts du sucre sont légion car la population adore manger sucré. Les légumes tels que le chou, mais aussi le riz et les champignons restent à la portée de tous et il arrive qu'on puisse manger du poisson.

La drogue ne s'est guère diversifiée bien qu'elle soit toujours aussi présente, sinon plus. La plus connue est la Deepweed, un dérivé de varech local bon marché au même effet que le cannabis. Qu'on parle de stimulateur comme le Seven-7 ou de la tristement connue évolution de la cocaïne en Novacoke, les substances illicites ont un marché des plus fluides en SIA. Les drogues les plus coûteuses sont le Bliss, un tranquillisant à base d'opiacés offrant des sensations post-orgasmiques et les très curieuses "Dreamchips", des puces à brancher sur CommLink ou directement sur une interface crânienne contenant des sensations ou des émotions enregistrées.

La prostitution et le proxénétisme restent illégaux mais nombres d'individus peu scrupuleux ont trouvé le moyen de contourner la loi grâce à des systèmes de "services de santé à domicile", de "soaplands" (maisons closes officiellement répertoriés comme des bains réservés aux membres d'un club) ou de telekura ("clubs téléphoniques" proposant un service de rendez-vous par téléphone). Les mafias sont moins présentes que jadis car tout comme les associations communistes ou le terrorisme, elles sont traquées par l'armée gouvernementale. La vente d'armes est légale pour les adultes disposant d'un permis et sur un autre registre, la loi ne fait plus la différence entre un adulte et un enfant quant à la lourdeur des peines encourues en cas de transgression de la loi.
Pour ceux qui apprécient chanter autant que boire, le karaoke est populaire et très répandu en Corée, où il s'appelle noraebang. Fumer est interdit dans la plupart des bâtiments publics, des transports en commun et des restaurants, bien qu'il soit autorisé de fumer dans les bars. Les cybercafés ont des salles fumeurs et non-fumeurs, ainsi que les noraebang, les DVD bang, et les hôtels.

La majorité en Nouvelle-Corée est fixée à dix-neuf ans (c'est également l'âge légal pour avoir le droit de boire) et la majorité sexuelle à quatorze ans, sans discrimination au sexe ou à l’orientation sexuelle mais les relations entre mineurs et adultes sont interdites. Le mariage est autorisé quelque soit le sexe ou le genre des conjoints, de même que l'adoption. Les changements d'état civils dans le cadre d'un changement de sexe se font en fin de cycle opératoire et aucune différence n'est faite entre les personnes cisgenres et transgenres. L'égalité des droits a fait un grand bond depuis le siècle dernier mais la discrimination raciale n'est pas illégale en Nouvelle-Corée. Ethniquement, c'est un des pays les plus homogènes au monde et pour beaucoup de Néo-Coréens, c'est une source de fierté. Le résultat est que les enfants métissés sont souvent sujets à la discrimination et à l'intimidation dans les écoles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin du rp: Nouvel Orphelinat. Nouvelle façon de vivre {Ok}
» Etre ou ne pas être, vivre ou mourir; une nouvelle eleves aux yeux rouge et au poils noir.
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH

Sauter vers: